En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA

Accueil

Micalis

Epigénétique et Microbiologie Cellulaire / Hélène Bierne

EPIMIC

Nous accueillons des candidats à une bourse individuelle Marie Skłodowska-Curie
bierne comete 2
H. Bierne

Team Leader: Hélène Bierne

AXE DE RECHERCHE ET PROJETS EN COURS

L'équipe EPIMIC s'intéresse à l'impact à long terme des bactéries pathogènes sur la santé. Nous étudions les bases moléculaires des infections bactériennes persistantes, ainsi que les conséquences épigénétiques de ces infections sur les cellules hôtes. Cette recherche vise à trouver de nouveaux traitements contre les infections récurrentes, et contre les empreintes bactériennes qui pourraient contribuer à la genèse de maladies chroniques et complexes, telles que le cancer et les maladies auto-immunes et métaboliques.
Notre modèle est la bactérie intracellulaire facultative Listeria monocytogenes, qui, comme les virus, a développé des mécanismes très sophistiqués pour déréguler et exploiter les voies de signalisation des cellules de mammifères. Il est à noter que plusieurs de ces voies de signalisation sont également impliquées dans la cancérogenèse et dans d'autres effets délétères sur la santé. Ainsi, à travers l'étude de Listeria, nous pouvons mettre en évidence la fonction de protéines humaines, dont la dérégulation pourrait conduire à diverses pathologies.

Persistance de Listeria dans les vacuoles
liscv site web best

La pathogénicité de L. monocytogenes est liée à la capacité de cette bactérie à envahir différents types de cellules, comme les cellules épithéliales de l'intestin, du foie, du cerveau et du placenta. Quand elle atteint le cytoplasme de ces cellules, Listeria prolifère et utilise la force de la polymérisation de l'actinepour se déplacerdans le cytosol et se propager aux cellules voisines. Cette phase permet à ce pathogène de se disséminer dans les tissus du corps. En utilisant un modèle expérimental in vitro d'infection à long terme de cellules épithéliales humaines, nous avons montré qu'après 2-3 jours d'infection dans les hépatocytes et les cellules placentaires, L. monocytogenes passe d'un mode de vie cytosolique actif à un mode de vie vacuolaire quiescent. Les bactéries cessent de produire ActA (la protéine qui déclenche la polymérisation de l'actine à la surface bactérienne) et les bactéries cytosoliques sont capturées dans des vacuoles lysosomiales ("Listeria-Containing Vacuoles", LisCVs). Les sous-populations de bactéries vacuolaires survivent sous une forme peu ou non-réplicative, et conservent la capacité de se réactiver et de se disséminer de nouveau. En l'absence d'ActA, les bactéries peuvent même parasiter les cellules hôtes dans un état viable mais non cultivable (VBNC), ce qui rend les Listeria indétectables sur des boîtes de gélose, classiquement utilisées en microbiologie clinique (Kortebi et al., 2017). Ces résultats révèlent la capacité de L. monocytogenes à générer des formes intracellulaires persistantes, qui pourraient être portées de façon asymptomatique chez les humains ou les animaux.

Le facteur épigénétique BAHD1

Nous avons découvert que Listeria cible la protéine humaine BAHD1 (Bierne et al., 2009) et montré que BAHD1 définit un nouveau complexe répressif impliqué dans la régulation épigénétique. BAHD1 s'associe à des régulateurs de la chromatine (MIER, HP1, MBD1, KAP1) et des enzymes modifiant la chromatine (HMTs et HDACs), formant un complexe multiprotéique qui induit la formation d'hétérochromatine (Bierne et al., 2009) (Lebreton et al. 2011). BAHD1 contrôle le développement placentaire et l'homéostasie du cholestérol (Lakisic et al., 2016) et joue un rôle dans les infections bactériennes (Lebreton et al 2011, Lebreton et al, 2014). De plus, nous avons montré que la formation d'hétérochromatine médiée par BAHD1 est couplée à la méthylation de l'ADN et pourrait contribuer à l'architecture spatiale du génome (Libertini et al., 2015).
 

The BAHD1 complex

Épigénétique, infection et immunité

Image-fusionnee

Lors de la signalisation induite par l'infection par L. monocytogenes, le complexe BAHD1 réprime un ensemble de gènes d'immunité induits par les interférons (en particulier les interférons de type III ou IFN lambda) dans les cellules épithéliales. Lorsque les bactéries sécrètent la protéine LntA, ce facteur bactérien inhibe l'action de BAHD1 dans le noyau et active sélectivement les gènes stimulés par l'interféron (Lebreton et al., 2011). LntA interagit directement sur BAHD1 en se liant à un domaine de BAHD1 riche en proline. Deux lysines de LntA sont requises pour cette interaction spécifique et pour la fonction LntA (Lebreton et al., 2014).          

Ces résultats montrent qu'une bactérie peut moduler l'expression des gènes de l'immunité, en contrôlant négativement ou positivement la fonction d'un régulateur épigénétique.

LntA est un paradigme pour une classe émergente des effecteurs bactériens qui entrent dans le noyau et qui détournent les processus nucléaires, appelés «nucléomodulines» (Bierne et Cossart, 2012). L'étude des nucléomodulines peut générer de nouvelles pistes pour combattre les maladies infectieuses. Notre travail vise maintenant à caractériser les épimutations induites par ces facteurs et par d'autres stimuli bactériens, et à rechercher si ces "patho-épimutations" reprogramment les cellules hôtes.

Publications (link to pubmed)

Fundings

Notre équipe est soutenue par l'INRA, l'Agence Nationale de la Recherche (ANR), la Ligue de Recherche Contre le Cancer et la fondation iXcore pour la Recherche.